Pourquoi le choix de Profoto ?

logo-profoto-headerDepuis quelques mois, on me demande régulièrement pourquoi je me suis orienté vers du matériel Profoto. On me sort des arguments tels que le prix d’achat unitaire qui parait astronomique ou bien le budget nécessaire pour faire la bascule entre mon existant « Strobist » et un « équivalent » Profoto.

A force de répéter mes explications, je me suis dit qu’un petit post sur le site pourrait être intéressant … en espérant qu’il puisse vous éclairez sur mes choix :)

J’ai commencé la photo aux flashes via la pratique du studio. Pendant quelques années, et grâce à Eric qui m’a fait découvrir les bases du studio, j’ai pu faire pas mal de séances et acquérir une certaine pratique de la lumière et des façonneurs (j’étais sur du matériel Multiblitz à l’époque). Mais après quelques temps, j’en ai eu raz le bol du studio, raz le bol de cet environnement qui était toujours le même. J’ai alors découvert le mode Strobist (voilà un peu plus de 5 ans maintenant) … une pratique qui promettait d’obtenir la même qualité que le studio mais quelque soit l’endroit, le tout en se basant sur des flashes Speedlight (ou tout du moins des flashes nomades). Bien sur, le mode Strobist c’est bien plus que ça, mais ce sera l’occasion d’un prochain article. Du coup, j’ai opté pour une config composée de 3 flashes Canon 580 Ex / Ex II ainsi que des façonneurs basiques (des parapluies, des diffuseurs simples, …). Bref quelque chose de polyvalent en terme de nombre de sources mais très basique en termes de façonneurs.

Par la suite, j’ai cherché à compléter mes façonneurs pour peaufiner certains éclairages. C’est alors que Profoto a sorti une gamme de façonneurs sous la marque Creative Light avec, pour la première fois sur le marché, des adaptateurs permettant de monter toutes sortes de Softboxes sur mes flashes avec un système de fixation unique (les Speedring). Excellente initiative de la part de cette marque qui – avec cette gamme de produits – souhaitait tester un peu le terrain du « bas de marché ». Test plutôt concluant car Profoto a ensuite réintégré la gamme Creative Light sous sa propre marque proposant ainsi des adaptateurs (Speedring) officiellement compatibles avec toute leur gamme de softboxes (c’est ainsi que la gamme Profoto RFi a vu le jour). Or, point très intéressant, ces mêmes façonneurs sont compatibles avec l’ensemble des sources Profoto !!!! Donc, progressivement, j’ai commencé à m’équiper en façonneurs Profoto. Des façonneurs adaptés à la puissance max de mes flashes (Octobox 105cm, Softboxes 60×90, Stripboxes 30x90cm, …). Inutile de prendre des façonneurs qu’un Speedlight ne pourrait décemment pas nourrir !

Les années passant, j’ai eu besoin de puissance … est ce que je devais acheter de nouveaux speedlight ou bien passer sur une solution à base de « flashes de studio » compatible avec un mode nomade ?? Quelques posts de David Hobby et Joe Mc Nally m’ont permis d’orienter mon choix en quelques temps :)

Je disposais déjà de 3 speedlights dans mon équipement et d’un point de vue puissance/prix, mieux valait opter pour des flashes type studio. La puissance est bien supérieure pour un prix relativement raisonnable. Le fait d’avoir opté pour des façonneurs Profoto m’ouvrait la porte ç une 20aine de marques de flashes de studio. Mais je n’ai retenu que 2 marques : Paul C. Buff et Profoto.

  • Paul C. Buff est une marque US au rapport qualité / prix excellent mais très difficile d’accès en Europe (ou le tarif devient franchement abusé). On leur doit les flashes Aliens Bees, White Lightning et l’excellent Einstein 640 qui offre une durée d’éclair très courte et un rapport qualité / prix imbattable (mais avec quelques désagréments tout de même !!).
  • Profoto est une marque proposant du matériel de très haut de gamme et qui est très présente dans le monde professionnel. Les tarifs sont certes potentiellement élevés mais la qualité des produits et leur service avant/après vente sont exceptionnels. Il suffit de tester la stabilité de puissance et de température de couleur d’un flash Profoto pour être convaincu par le matériel. Et il suffit de voir la répartition des revendeurs / distributeurs Profoto dans le monde pour être rassuré sur le fait que, quelques soit le pays, vous trouverez un soutient Profoto assez facilement.

La qualité des produits chez Profoto, le fait que cette marque propose un catalogue de façonneurs gigantesque (120 si ma mémoire est bonne) et surtout le fait de proposer une solution me permettant d’utiliser les mêmes façonneurs sur mes Speedlight comme sur des sources Profoto m’a convaincu de m’orienter vers leurs produits. J’ai donc craqué pour 2 sources Profoto D1 500 en janvier 2013 et ceci sans regret. Pour être honnête, j’ai faillit m’orienter vers la marque Elinchrom pour leur gamme nomade. Mais l’accueil reçu au premier contact m’a un peu refroidit. De plus, Profoto est très bien positionné sur l’ensemble flashes/générateurs/façonneurs – bien plus que ne peut l’être Elinchrom, Multiblitz, …. seul Profoto propose une gamme assurant une compatibilité quasi complète sur tout leur catalogue (une softbox Profoto utilisée avec un Speedlights pourra être également utilisée sur un D1 ou sur le ProB4 et ça, ça n’a pas de prix).

 

 

Je dispose donc actuellement de 3 Speedlights et de 2 Profoto D1, d’un certain nombre de façonneurs compatibles avec les 2 types de flashes (Octobox+softgrid, Softboxes+softgrid, Stripboxes+softgrid) le tout complété avec des façonneurs spécifiques Profoto (Zoom Reflector et Beauty Dish (Softlight)). Le tout est bien sur compatible avec un fonctionnement nomade : les D1 fonctionnant avec une batterie PCB Mini Vagabond. Le tout est piloté par radio via un mixte Pocket Wizard Mini / Flex et Profoto Air Remote.

 

Bref, tout ça donne une configuration très polyvalente, qui s’est montée en quelques années afin d’étaler les dépenses et ainsi maitriser les investissements. De plus, cette configuration durera encore pas mal d’années ! Voilà donc les raisons pour lesquelles je me suis orienté vers des façonneurs Profoto et non vers des « équivalents » présents chez Lastolite ou d’autres marques. Avoir les mêmes façonneurs sur Speedlight et sur des flashes tels que les D1 permet de conserver ses habitudes de travail, ses repères, … et ainsi gagner en assurance et en rapidité.

Quoiqu’il en soit, prenez le temps de monter votre configuration et surtout de bien réfléchir à vos investissements. Le monde de la photo change vite, mais votre matériel peut durer des années si vous faites les bons choix … donc assurez vous juste que le matériel soit (ré)utilisable le plus longtemps possible.

 

Edit : Un petit complément suite à un mail reçu après la publication de ce post. Les Speedring ProFoto existent sous 19 formes allant du speedring pour les Speedlight type Canon/Nikon jusqu’au Speedring Profoto en passant par Bowens, Profilux, Varilux, AlienBees, WhiteLightning, … Ces speedring  vous permettent donc d’utiliser les softboxes/stripboxes et octoboxes Profoto sur l’ensemble de ces marques de flashes.
Je me répète un peu, mais les façonneurs Profoto représentent une solution extrêmement évolutive :

  • Vous progressez dans le mode Strobist et donc disposez de Speedlight ? Vous souhaitez des façonneurs de qualité ? Orientez vous vers un Profoto Speedlight Speedring et les façonneurs Profoto. Ainsi, le jour ou vous souhaiterez monter en gamme dans vos sources d’éclairage, il vous suffira juste d’acheter les flashes nus (sans façonneur) et les speedring adaptés. Vous pourrez ainsi continuez à utiliser les mêmes façonneurs sans surcout.
  • Vous souhaitez vous monter un équipement de studio et ne savez pas quoi prendre ? Alors prenez le temps de réfléchir et si vous pensez que votre studio devra durer qq années, alors prenez des façonneurs Profoto et envisagez des sources pas trop couteuses parmi la liste des marques pour lesquelles il existe un Speedring Profoto (du AliensBees par exemple). Les façonneurs dureront des années et, le jour ou vous souhaiterez monter en gamme dans vos sources d’éclairage ou si vous souhaitez vous mettre au mode Strobist, vous pourrez faire comme précédemment : acheter les speedring nécessaires et conserver vos façonneurs et c’est bien ça le plus important.

7 Responses to “Pourquoi le choix de Profoto ?”

  1. Actualité photographique du 26 janvier » Le Bloc Note Says:

    […] Flashes de studio : pourquoi le choix de Profoto ? […]

  2. Haim Says:

    Bonjour,

    « les D1 fonctionnant avec une batterie PCB Mini Vagabond »

    J’ai plusieurs question :

    Le temps de recyclage des D1 500 avec le Vagabond est-il correct ?
    Combien d’éclaires environs avec un D1 500 en extérieur ?
    C’est une bonne alternative au Batpac Profoto ?

    Merci

    Salutations

  3. admin Says:

    Le temps de recyclage est assez bon vu le rapport qualité/prix du Vagabond. Env 2s/3s entre 2 flashes à pleine puissance pour le D1 500.
    On peut compter sur environ 200 éclairs à 500 Ws … mais je n’ai jamais testé. Cependant je n’ai jamais eu aucun soucis de charge durant mes séances passées.
    Par rapport au Batpac, le rapport qualité / prix est imbattable. Cependant, Profoto ne garanti pas l’usage du Vagabond.

    Apres, maintenant que j’ai gouté au Profoto B1 … je pense que je n’achèterai pas un D1 + Vagabond mais directement le B1 500.

  4. Haim Says:

    Le B1 est une bonne alternative, mais je trouve dommage qu’on ne puisse pas l’utiliser avec une prise secteur en studio sans passer par la batterie. C’est le petit reproche du B1 ainsi que le prix 1700 euros.

  5. admin Says:

    Oui le coup de la prise secteur est dommage.
    Mais niveau tarif, le B1 se positionne trés bien par rapport à l’achat d’un D1 + Vagabond. Même si c’est plus cher, les performances ne sont pas les mêmes et surtout l’apport du TTL est vraiment agréable.

  6. philip Says:

    Bonjour,

    Mes questions sont « naives », désolé. La première fait reference à votre expérience « strobist » avec flashs et modules PW. Comment cette solution se compare-elle par rapport à vos flashs de studio ?

    Pocket wizard propose de nombreux modules pour piloter des flashs studios (Bowens, Elinchrom, Einstein, Alienbees), pourquoi ne pas avoir opté pour une de ces marques ? Un mix des deux solutions n’aurait pas de sens (flash strobist et flash de studio) ?
    cordialement

  7. admin Says:

    Bonjour,
    tout d’abord, je souhaite juste préciser que pour moi cette solution est un complément, une monté en puissance, vis à vis de ce que j’ai en équipement Strobist « traditionnel ». Donc je continue toujours à utiliser mes flashes Canon et mes PW et il complète parfaitement ces nouveaux venus. J’ai maintenant une configuration qui me permet de disposer de plus de source, de puissance et d’encombrement variés et qui – avec cette puissance en plus – me permet d’avoir des façonneurs de plus grandes tailles afin de moduler différemment ma lumière.
    Coté technique, les équipements Profoto (D1, B1, et les 2 AirRemote associées) se sont tjrs comportées sans aucune défaillance ! Les flashes sont d’une stabilité remarquable et le pilotage radio se fait bien (il y a juste qq manquements sur la Air Remote TTL qui seront abordés dans un prochain article).
    Pourquoi le choix de cette marque vis à vis de celles citées ? C’est en partie détailler dans l’article. Je me suis longtemps posé la question de savoir si j’opterai pour conserver une compatibilité 100% PW ou si je passerai sur une gamme de flashes de qualité pro. Initialement, mon choix c’est porté sur Paul C. Buff avec les Einstein et AlienBees. Mais PcB a stoppé son activité Europe et entre temps, Profoto m’a fait découvrir le B1 500 AirTTL. J’avoue qu’une fois sortie de la conf de presse, mon choix était fait :)

    Maintenant, j’ai un large choix d’outils que j’adapte en fonction des besoins de la séance que j’ai à faire.

    Voilà. Si vous avez d’autre questions n’hésitez pas :)

Leave a Reply